Genève, 2018: chronique d’une ville épuisée

Est-ce que tu suis la violence, ou est-ce que tu assiste à la rédemption? 

MAMCO, Rue des Vieux-Grenadiers, 10

Recherche d’inspirations à travers la ville: ville épuisée, laissée pour compte. Les plus
courageux tentent encore de s’exprimer à travers l’art, la plupart ont choisi l’indifférence plutôt que la violence. 

Et puis, il y a ceux qui ont perdu espoir mais qui continuent désespérément d’hurler en silence. Leur cris se mêlent aux bruits de la ville, puis disparaissent avec le temps. Alors que le monde défile sous mes yeux, ici, le temps semble s’être arrêter. Je réalise alors que moi aussi je serai laissée pour compte. Un jour ou l’autre, à force d’hurler en silence aux côtés de ceux qui ont perdu espoir, il me faudra choisir entre suivre la violence ou assister à la rédemption. 

Intriguée, je cherche malgré moi à me raccrocher à ces vies vécues en solitaire entre quatre murs isolés, perdus, oubliés au milieu de la ville. J’aimerai, moi aussi, trouver une raison valable pour quitter cette ville comme beaucoup ont eu le courage de le faire. Fuir sa tristesse et sa monotonie, laisser derrière moi mes rêves de jeune adulte, mes souvenirs qui parfois refont surface au détour d’une rue, me détacher de toutes ces choses qu’elle a à m’offrir.  

Et pourtant, il se passe quelque chose d’indescriptible qui me retient à chaque fois que je me précipite vers une issue de secours. Comme si les cris de ceux qui pensaient ne jamais être entendus faisaient écho des années après pour apporter du réconfort à cette nouvelle génération qui ose et tente maladroitement d’apporter un changement, une nouvelle énergie. Génération Y (comme ils l’appellent), violente, impulsive, négligente, incomprise, parfois imprudente, beaucoup trop inconsciente et insensible, pourtant si courageuse. Young, wild and free, malgré le danger que cela représente, c’est peut-être une force plus qu’un défaut.    

Peut-être que je me trompe, et que tous ces mots sont vides de sens. Peut-être que j’essaye d’exprimer quelque chose qui n’a pas encore entièrement prit forme –un manque qui attend d’être combler. Peut-être que tout ça n’a aucune importance aujourd’hui et que dans dix ans on retrouvera quelque part, oublier au coin d’une rue, des mots éparpillés, des photos volées d’une ville épuisée qui s’est reconstruite avec le temps. Genève: une ville pleine d’espoir, si attachante cependant mélancolique. 

Je continue de chercher à travers les lieux et les gens qui la font vivre ce qui me retient encore ici. 

— Tumtitu 

Using Format